Les envahisseurs

N’allez pas croire qu’ils arrivent tous en soucoupe volante une nuit sans lune et qu’ils laissent une trace ronde sur le sable avant de repartir.
Non. Certains arrivent par là

On ne se méfie jamais assez de ces tuyaux gentiment colorés, parfois on entend un gloup qui fait sourire alors qu’on ne devrait pas. Sourire.
Une bulle en sort qui va prendre forme et consistance pendant que vous regardez ailleurs et on finit par obtenir ça

Le genre qui vous tend une friandise en gardant caché dans son dos le maillet pour vous abattre.

On en a eu un l’autre jour, venu pour signer un livre avec des fautes d’orthograves et des citations tirées du forum des lecteurs de Babelio.
Des tas de gens sont accourus pour écouter le beau discours sur le port

Pendant que d’autres faisaient du bruit grâce à la camionnette de ramassage des encombrants sonorisée au maximum. Des trucs sympas style « A Bella ciao », « Compagnero » et même notre « Diu Salvi Regina » que c’était même trop beau pour lui mais l’essentiel, c’est qu’il n’ait pas pu finir son discours et qu’il n’a pas pu se rendre à pied à la librairie pour les signatures vu qu’il était cerné par la fumée rose (on n’a pas trouvé en brun) des fumigènes qui fait tousser. Bref on l’a exfiltré en voiture pendant que le contenu de huit cars de CRS disposé tous les cinquante centimètres avait encerclé la place où nous étions.
La suite, ben ce fut le face à face des pros et des contre, les noms d’oiseaux habituels et les pancartes « Non au facho » le disputant au fameux livre avec des fautes (et pas que d’orthographe) tendu à bout de bras dans la file d’attente de la librairie (celle où je ne mets jamais les pieds, car celle où je vais est une vraie librairie.

Ce court instant publicitaire vous est offert par la maison

Pendant ce temps, Rosa-Maria grattait, imperturbable, ses tickets gagnants de banco, tranquillement assise sur un banc, dans son éternelle veste de tailleur écossais orange/marron/vert, celle qu’elle ne porte qu’en l’absence de Rita, sa soeur, partie rendre visite à ses enfants sur le continent. Rita a tout réussi dans sa vie, d’abord elle était belle et ensuite intelligente, ce qui fait qu’elle est devenue institutrice alors que Rosa-Maria, sans grâce, s’est contentée de faire dame pipi pour les petits de la maternelle. Alors quand Rita n’est pas là, Rosa-Maria en profite pour se négliger et dépense sa retraite en tickets gagnants, des fois que la fortune viendrait, comme ça, sur le bout du banc et que Rita, en rentrant, la trouverait riche et admirée de tous.
Alors pensez bien que le gars sorti d’un tuyau venu vendre son bouquin, Rosa-Maria, elle s’en fout.

Et puis soudain voilà qu’une minuscule voiture de sport s’est arrêtée au ras des plantons dument casqués et armés, et voilà que s’en extirpe un gars déguisé en baroudeur, barbu, portant à son bras un petit chien à mémère, pitoyable copie de Belmondo qui avait la prétention d’aller faire le kéké au bar du Consul en face. Pas de chance, mon gars, t’es descendu du mauvais côté et te voilà encerclé par les plantons comme nous autres. Il rechigne et finit par se tasser dans un coin, cigare au bec, coincé entre un réverbère et le kiosque à journaux, déçu que personne ne lui prête attention.

Circulez braves gens, le petit bonhomme est reparti, soit dans son tuyau, soit par avion, nul ne sait mais il n’y avait rien à voir en ce beau samedi automnal.

31 réflexions au sujet de « Les envahisseurs »

  1. MF

    Remarquable pamphlet! Comme la précédente commentatrice, j’adore les fautes d’orhograves. Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’une aveugle.
    Cette veine-là, je veux dire le pamphlet, te va si bien!

    Répondre
      1. karouge

        Je suis prêt à parier que ce gugusse, une fois achevée sa campagne de promo (ou un peu plus tard, les prétextes ne manquent pas : signatures, réserves monétaires nécessaires pour organiser une campagne etc), se retirera de la course (avec ses poches remplies). Autre possibilité (psychique) : plus ils sont petits, plus ils ont une grande gueule.

      2. almanito Auteur de l’article

        Possible. Il prépare le terrain pour 2027, quand mamie se sera retirée avec ses chats et ses bégonias et que madame nièce « la voilà » aura les coudées franches.

  2. caroleone

    Je comprends que cela t’ai coupé la chique un moment. Et je ne suis pas surprise que les vomis de gargamel arrivent par là comme pour faire glisser encore plus vite les petits sabots du troupeau qu’il veut agréger. Quand t’as mis le pied dans le vomi, t’en sors pas, ma pov’dame. Tout est à déconstruire.

    Répondre
  3. gibulène

    On vit une époque formidablement con ! tu pourras supprimer Alma. Et quand je pense que c’est quand même ce qu’on appelle encore le peuple français qui est à l’origine de toutes les dérives je me pose des questions sur le bien fondé de la démocratie finalement……… nous sommes devenus un pays d’abrutis. Quelle misère ! heureusement que l’humour perdure. Bon, ça ne doit pas être ma journée…. Rita a du souci à se faire

    Répondre
    1. almanito Auteur de l’article

      Ben je ne vois pas en quoi le peuple français est responsable des dérives de cet individu. On ne peut que regretter que certains le suivent en si grand nombre et que si peu manifestent leur désaccord. Ce sont des gens comme lui qui déstabilisent la démocratie, du moins pour l’instant ne déstabilise t-il qu’ une petite partie de l’opinion.

      Répondre
      1. gibulène

        je ne parle pas de ce cas particulier, mais le fait que la France ne sache pas choisir ses dirigeants (ou le fait qu’aucun candidat ne soit à la hauteur) m’inquiète ! et que les français soient tellement influençables est inquiétant aussi, dans le sens ou ce sont eux qui se rendent aux urnes après !

  4. Katia

    Une tête nouvelle pour beaucoup de « moutons », ça fait peur de voir autant de F…., mais ça ne m’étonne pas.
    Ton billet m’a en tout cas fait sourire, il est excellent et c’est le principal. Merci 😉

    Répondre
  5. Quichottine

    J’avoue qu’il a fallu que je lise tous les commentaires aussi pour mieux comprendre cette page.
    Et je garde ta réponse : « vaut mieux en rire tellement c’est triste ».
    😦

    Répondre
    1. almanito Auteur de l’article

      Oui, ça n’était évident que pour ceux qui savaient qu’il venait à Ajaccio mais je reconnais que ma façon de présenter la chose est déconcertante 😉 surtout que pour rien au monde je n’aurais cité son nom.

      Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s