Hello !

Voici le sujet proposé par Miletune cette semaine, si cela vous tente de participer, la porte est grande ouverte et c’est valable toute la semaine.

http://miletune.over-blog.com/-611?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

‌‌‌‌‌‌-Hello vous!
-Hello, monsieur…
-Vous venez d’où?
-Du jardin d’à côté.
-Toute seule sur vos petits pieds mignons?
-Non, c’est votre propriétaire qui est venu me voler pendant que le mien était absent.
-Oh. Contente du changement? On est bien ici : piscine et grand air, peu de boulot vu qu’ils préfèrent les transats…
-Moui… A quoi sert- on alors?
-De temps en temps nous avons droit aux postérieurs des parents et beaux-parents, c’est tout.
-Arf ! Des vieux ! Je parie qu’ils sont obèses !
-Du tout,  ils ont seulement du mal à se plier…Vous semblez pourtant bâtie pour accueillir de larges fessiers, dîtes-moi, que craignez-vous?
-Dîtes tout de suite que je suis gaulée comme un camion !
-Ha ha! Non, mais vous semblez assez robuste sous vos airs graciles et par ailleurs tout à fait charmants.
-Vous êtes en train de me draguer?
-Oui.
-Cela a le mérite d’être clair. J’espère qu’il n’y a pas de mouflets au moins ici..
-Allons bon, vous n’aimez pas les enfants non plus?
-Je crains les doigts sales et les jus d’orange sur ma jupe…
-Je descends en droite ligne, ma chère, d’une famille de fauteuils Louis XV qui ont tous fini souillés par la famille royale, est-ce préférable à un jus d’orange qui va glisser sur votre peau au grain si parfaitement plastifié?
-Voyez-vous ça ! Vous voulez me faire croire, à moi qui ai vécu avec un fauteuil crapaud, que vous descendez de noble facture ?! On peut dire que vous n’en portez pas la trace !
-Il s’est changé en prince lorsque vous l’avez embrassé?
-Qui ça?
-Le crapaud.
-Comme vous êtes bête.
-Peut-être mais vous avez souri.
-Mais, que faites-vous monsieur, bas les pattes!
-Allons ma belle, laisse mes mains sur tes han – hancheu la lalala…
-Quoi ?!
-Rien. Détendez-vous, on n’est pas bien comme ça, serrés l’un contre l’autre?
-Je crois que je suis en train de tomber amoureuse…
-Ha, voyez !
-…Du joli petit fauteuil en rotin que j’aperçois dans l’entrebâillement de la porte-fenêtre…


Commémorons dignement

A l’occasion de la commémoration du bicentenaire de la mort de Napoléon, j’ai tenu à faire ma part, ce qui est la moindre des choses.

Après avoir fouillé toute la ville impériale pour trouver une illustration, je n’ai trouvé que celle-ci, mais c’est l’intention qui compte.

Il était une fois…

Une princesse très belle qui vivait dans un château..

Ben dis donc, c’est pas un château, y a plein de tuyaux partout !

Si, c’est un château moderne, comme à Beaubourg.
…qui s’appelait Boucles d’or…

Pff ! Elle a même pas de cheveux !

Mais si elle en avait mais elle avait été obligée de les raser …

Elle avait eu des poux?

Oui. On peut continuer ou tu veux qu’on lui mette une perruque ?!
Donc cette très jolie princesse

Sortait pour aller observer de loin un beau jeune homme dont elle était fort éprise, qui voulait être comédien.

C’est pour ça qu’il reste planté devant le cinéma?

Evidemment, il attend qu’un impresario le remarque.

Mais la pauvre Boucles d’or n’avait pas de chance, le bellâtre lui préférait les femmes délurées qui fréquentaient les magasins de luxe, car pour devenir comédien, il faut des sous d’avance si on veut passer outre la période des vaches enragées.


-C’est quand la période de vaches enragées?

C’est entre novembre et février, tu crèves la dalle et en plus tu te gèles les pieds devant le cinoche.
Bref, la belle s’en alla chouiner sous un prunus

et toutes ses larmes se convertirent en capucines lorsqu’elles churent sur le macadam.

C’est à ce moment là, qu’apparut Jack le corsaire

P’tite tête et gros bras comme tu peux voir. Il la souleva comme une plume et l’emmena dans son antre par une porte dérobée.

La pauvre petite se débattait sans force entre les gros bras, tu imagines bien

Beuh…non pourquoi?

Passkeu. Mais elle fut sauvée par la présence imprévue de Calamity Berthe qui attendait Jack de pied ferme depuis qu’elle avait appris qu’il la trompait.

Elle était pas commode Calamity, alors Boucles d’or profita de la scène de ménage qui s’en suivit pour prendre la poudre d’escampette et la lanterne qui trainaient près d’une montagne d’emballages de pizzas que Jack, ce gros feignant négligeait de déposer à la poubelle.

Elle était magique, la lanterne?

Non, elle éclairait, c’est tout. Mais la poudre d’escampette oui.

Lorsqu’elle rentra à pas d’heure au château, la pauvre petite trouva sa marâtre qui l’attendait les poings sur les hanches: « ousque t’étais encore à traîner dans les bas-fonds ? » qu’elle lui demanda, furieuse

C’est quoi: à pas d’heure?

C’est quand il est tellement tard qu’ y a plus d’heures sur la pendule.

La marâtre décida que puisque Boucles d’or courait le guilledou, il était temps de la marier. Elle lui présenta d’abord un tout petit bonhomme de rien du tout qui non seulement avait un tout petit kiki mais qui en plus faisait plein de fautes d’orthographe, ce qui horrifia Boucle d’or (tu vois quand on te dit de bosser à l’école, c’est pas pour rien ! )

Pour une fois la marâtre céda et présenta à Boucles d’or un sémillant jeune homme venu des Amériques

qui l’emmena de force dans son pays sur son bateau.

Et c’est là que Boucle d’or rencontra l’homme de sa vie!

Il était beau et il sentait le sable chaud. Ensemble ils empoisonnèrent le mari gênant avec le reste de la poudre d’escampette et transformèrent sa dépouille

avec la quelle ils décorèrent leur grand jardin de roses où ils vécurent très longtemps et très heureux.

Hein? Des enfants? Oui, 101 ils en eurent et oui: comme les dalmatiens.

Emma ayant eu l’excellente idée de mettre l’histoire sur Calaméo, vous pouvez la découvrir également dans ma réponse faite au premier commentaire de Dominique en cliquant sur le lien. Merci Emma, c’est génial 🙂

Filature

Allo chef?! ça y est je les ai repérés!

Ils sortent de la préfecture, chef! Sont 2

Non! Sont 3 ! J’les suis? Ok chef, mais z’ont l’air bien allumés..