les câlineurs d’arbres

l'écrit vagabond.

Voilà une vingtaine d’années que nous vivons près de la forêt.

Le vingt-unième siècle se termine et les villes n’existent plus.

Notre communauté d’une centaine de personnes se protège du mieux qu’elle peut. J’avais la quarantaine quand j’ai emmené mon épouse et mes deux filles dans cette campagne reculée de la France. Nous avons rejoint des gens du pays et quelques amis et nous nous sommes organisés pendant que plus loin les gens mouraient et s’étripaient pour quelques aliments et de l’eau potable.

Notre communauté est fragile, la pollution a fait des ravages, nous mourons souvent avant cinquante ans, j’ai perdu une de mes filles et mon épouse, cancers qu’on ne peut plus soigner.

Nous avons réinventé la sobriété alimentaire, les cultures cachées dans la forêt, et surtout son entretien car elle est précieuse, plus que nos vies. Nous avons quelques enfants qui ont mission de la soigner, on les…

Voir l’article original 854 mots de plus

5 réflexions au sujet de « les câlineurs d’arbres »

  1. robertmarleau

    Très joli texte, un mélange d’espoir et de fatalité avec une vision pessimiste du futur mais que la fin ramène l’espoir, j’ai aimé aussi la chanson de cet artiste que je connaissais pas.

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s